Courriel: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

27 Jun, 17

Evaluations CNSA

Bernard

Cet après midi a commencé sous un mauvais signe; quand j’ai vu qu’il allait pleuvoir, je me suis demandé si mes invités allaient pouvoir venir ; et, de fait, en arrivant, je ne les ai pas trouvés. J’avais cependant une chance ; en effet, ce matin j’ai reçu d’Alain un document : Evaluation rapide des dégâts sur les périmètres concernés par le PATRAI. J’avais donc la possibilité, au cas où mes invités ne viendraient pas, de présenter ce document ; mais, pendant que je me préparais, mes invités sont arrivés.

Il s’agit des agronomes Harmel Cazeau et Parnel Dimanche de la CNSA. Ce sont eux qui devaient venir la semaine dernière et, comme on le sait, n’avaient pas pu passer à travers la circulation. Aujourd’hui nous avons encore mauvais temps ; avant de venir j’ai consulté le site noaa ; il y a effectivement une grosse masse nuageuse sur Haïti, la République Dominicaine et Porto Rico, et ces nuages ont une forme circulaire qui fait penser à un cyclone, mais ce n’en est pas un ; nous avons du reste entendu le bulletin météo qui le confirme.

Nous allons donc faire l’émission prévue pour la semaine dernière. Nos invités sont deux agronomes de la Coordination Nationale de la Sécurité Alimentaire (CNSA). Nous avons eu une émission avec le coordonnateur de la CNSA, l’agronome Gary Mathieu ; c’était le 12 août ; à l’époque on ne parlait que de la relance de la production agricole. Une semaine après, les cyclones ont commencé à nous tomber dessus créant une situation bien plus compliquée. Nous voulions donc avoir de nouveau la CNSA pour savoir où elle en est dans cette nouvelle conjoncture.

Comme je l’ai dit la semaine dernière, nous voulions parler de bilan des dégâts, de l’aide d’urgence, des mesures à prendre pour permettre aux victimes de revenir sur le marché du travail, et surtout de la relance de la production. Alors, messieurs, qu’en est-il ?

Cazeau

Avant d’entrer dans le sujet, nous voulons nous excuser pour la semaine dernière ; malgré tous nos efforts, nous n’avons pas pu venir. Nous prenons aussi un moment pour présenter nos sympathies à toutes les victimes des cyclones.

Dimanche

Avant de parler l’évaluation des dégâts, nous voulons aussi présenter nos sympathies aux victimes.

Il faut commencer par voir le contexte dans lequel se situe Haïti de par sa situation géographique dans une zone de perturbations où notre niveau de vulnérabilité fait qu’à chaque cyclone nous sommes terriblement touchés.

Bernard

Tu s parlé de vulnérabilité. J’ai participé, l’année dernière, à un atelier du Ministère de l’Environnement sur la mise sur pied d’un observatoire de la vulnérabilité, ONEV ; puis je n’en ai plus entendu parler. J’ai rencontré récemment Ronald Toussaint, qui était un des organisateurs de l’atelier. Il m’a dit que le rapport de cet atelier était en phase d’achèvement. Je crois que je vais devoir le relancer, car je pense que c’est un outil qui peut être aussi utile que les bulletins météo.

Cazeau

De juin à novembre, nous sommes dans la saison cyclonique et c’est notre situation qui nous rend d’autant plus vulnérables. On voit que les cyclones frappent d’autres pays plus fort que nous ; nous, nous n’en recevons qu’un souffle et nous sommes KO.

Bernard

C’est même plus grave, le cyclone peut ne même pas nous toucher ; Jeanne, Hanna et Ike sont passés au large d’Haïti, nous étions dans le rayon des nuages qui les accompagnaient, alors que Ike a traversé Cuba de bout en bout ...

Cazeau

et les dégâts à Cuba sont moins graves.

Tu as parlé d’observatoire, c’est un mot qui nous est cher. A la CNSA nous nous occupons de sécurité alimentaire, et nous savons qu’elle est transversale, qu’elle touche à toute une série de secteurs. Nous aussi nous croyons qu’un observatoire est un moyen de recueillir suffisamment d’informations, de données, pour anticiper un événement, de sorte que nous pouvons alerter les décideurs.

De même qu’il y a un observatoire de la vulnérabilité, nous avons un observatoire de la sécurité alimentaire.

Dimanche

En Haïti, on a à faire face à des chocs : sécheresse, dépressions tropicales avec inondations. L’observatoire est là pour recevoir un ensemble de données recueillies par les responsables déployés dans tout le pays ; nous les analysons, nous les traitons et les sortons sous forme de publications.

Bernard

J’aime bien que vous ayez expliqué ce qu’est un observatoire car pour moi, au départ, il y avait une certaine confusion. Comme je l’ai déjà dit ici, j’ai fait toutes mes études classiques au séminaire, à l’ombre de l’observatoire qui était au sommet du bâtiment, donc pour moi un observatoire était une structure physique, alors qu’il s’agit d’une structure virtuelle, d’un réseau d’informateurs.

Et c’est là que je vais embêter quelques personnes. Autant que je sache, la crise alimentaire qui a causé les émeutes de la faim, avait été annoncée dans un de vos bulletin. Est-ce que les décideurs ont pris leçon ?

Cazeau

La CNSA anticipe. Nous avons les alertes précoces. Et, comme tu l’as dit, depuis janvier nous avions annoncé la crise qui allait déboucher sur les émeutes de la faim. Mais nous avons également annoncé que la saison cyclonique allait être très active par rapport à notre degré de vulnérabilité. Certes, la pluie aurait pu être bénéfique pour les cultures, mais le degré de dégradation de l’environnement joue contre nous.

Bernard

Comment saviez-vous que la saison cyclonique allait être très active ? êtes-vous des prophètes ?

Dimanche

Nous ne sommes pas des prophètes, mais il y a des prévisions. Nous sommes reliés au centre de météorologie, qui publie les informations climatiques, et nous travaillons avec FewsNet qui a un système très avancé d’alerte précoce. Nous recevons donc régulièrement des informations.

Dans le bulletin de juillet, nous avions présenté des scénarios et le scénario pessimiste devait alerter le pays du niveau du choc que l’on pourrait subir cette année.

La saison n’est pas finie ; nous sommes en septembre ; il nous reste encore deux mois au cours desquels nous aurons peut-être à faire face à d’autres chocs.

Bernard

Je l’ai dit à ce micro ; le premier ministre avait parlé de 17 cyclones prévus. On en a eu 10, si les 7 qui restent sont du même type, on peut fermer le pays et jeter la clé à la mer.

Cazeau

Je vais te dire que les cyclones à venir n’ont même pas besoin d’être du même type. Vu l’état actuel de notre environnement, n’importe quelle petite frappe peut être dévastatrice, car le sol est déjà saturé. Il y a des mesures à prendre, mais ce sont des mesures à long terme, et c’est là le problème. Il faut que tout le monde se serre la ceinture et que l’on prenne des mesures structurelles.

Dimanche

C’est comme si tu as un malade dont le système immunitaire est déficient, la plus petite grippe peut l’emporter.

Bernard

Vous n’êtes pas encourageants.

Cazeau

Je pense que nous sommes arrivés au moment de dire ce qui a été fait.

Quand on a un cancer, il faut le traiter. Il y a les mesures palliatives, pour soulager les victimes, mais il y a des mesures d’envergure à prendre.

Les cyclones sont passés ; tous les secteurs commencent par faire les bilans ; mais après, il faut évaluer les pertes et ce que cela représente financièrement. La CNSA, à la demande du MARNDR, a mis sur pied une coordination des évaluations particulièrement dans le secteur agricole. Ce travail est encore en cours ; la semaine prochaine nous analyserons et traiterons les données recueillies de sorte que, d’ici la fin de la semaine prochaine, nous aurons un rapport finalisé. Mais nous avons déjà les premières estimations.

Dimanche

La CNSA ne le fait pas de façon isolée. Nous réunissons tous les partenaires, les Nations Unies, la FAO, les ONG humanitaires, les organisations de la société civile, les organisations de base, et c’est leur appui qui permet d’arriver sur le terrain en dépit des difficultés. Nous avons aussi fait des survols pour avoir une vision de la réalité.

Cazeau

Notre  agriculture était déjà malade, après ce coup, elle est à genoux. Les cultures sont frappées ; 70 % des plantations de haricot, qui étaient dans une phase sensible, sont détruits. Même chose pour le maïs, surtout dans le sud ; l’eau a balayé les plantations. Dans la vallée de l’Artibonite, qui est # 1 pour la production de riz, une partie était inondée par les pluies, et voilà qu’on a du lâcher l’eau du barrage de Péligre qui était trop chargé.

Bernard

C’est ce qu’on a vécu en 98 lors du cyclone George.

Cazeau

Le riz a besoin d’eau, on ne peut pas dire encore ce qui est perdu.

Bernard

Oui, le riz a besoin d’eau, mais il arrive un moment où il faut drainer, sinon on perd la récolte.

Cazeau

On évalue les pertes à 20 – 30 %, mais ce sera peut-être davantage.

Dimanche

Pour l’Artibonite, avec un survol, on a pu voir beaucoup de plantations inondées, mais il y a des zones où l’eau a commencé à baisser et le riz reprend. A Marchand, Pont Sondé, on a des localités avec des plantations drainées. Autrement dit, les évaluations peuvent varier après quelque temps. Mais il ne faudrait pas que d’autres pluies viennent faire la situation empirer.

Cazeau

Un secteur très frappé, c’est l’élevage. On estime que 100.000 têtes de bétail sont perdues ; cela fait beaucoup d’argent.

Un autre secteur, c’est la pêche qui a perdu beaucoup d’équipement.

Dimanche

Nous savons que le MARNDR avait beaucoup investi dans la pêche, avec les dispositifs de concentration de poissons (DCP). Mais ces structures sont fragiles, elles sont détruites à 80 %.

Bernard

Il y a autre chose. On dit que les alluvions emportées par l’érosion détruisent l’environnement marin et font fuir les poissons. Avec tout ce qui est descendu ces jours-ci, je pense à la Rivière Grise que j’ai observée, est-ce que là aussi il n’y a pas un choc ?

Cazeau

Tu as parlé de dégâts, mais ensuite il faut évaluer les pertes, et il y a comme un phénomène en cascade.

Tu parles des alluvions qui font fuir les poissons et les pêcheurs, qui étaient déjà mal équipés, ne trouvent plus rien.

Dimanche

Bernard a soulevé un problème environnemental sérieux. Les alluvions peuvent aussi perturber l’éco-système des mangroves dont on connaît l’importance dans le cycle de reproduction des poissons et des crustacés.

Bernard

On a parlé des pertes dans la production végétale et animale ; la prochaine étape, c’est quoi ?

Cazeau

Avant d’aborder la prochaine étape, nous devons parler des infrastructures agricoles, systèmes d’irrigation, routes agricoles, routes en général. On n’en avait déjà pas beaucoup et ce qu’on avait a été partiellement détruit.

Bernard

A-t-on une idée du degré de destruction ? par exemple dans l’Artibonite ?

Cazeau

On a commencé. Le travail de PATRAI, que tu as là, est un début au niveau des systèmes d’irrigation.

Bernard

Oui, mais PATRAI ne parle que de petits systèmes ; je te parle de grands système, par exemple dans l’Artibonite. Imagine-toi qu’il y a de gros investissements déjà faits dans le cadre du Programme d’Intensification Agricole (PIA).

Cazeau

C’est dans cette phase que nous sommes. Nous avons besoin de spécialistes en génie rural pour évaluer les pertes en termes financiers. D’ici la semaine prochaine nous aurons des données.

Tout cela vient aggraver la situation. Nous avons un environnement on ne peut plus dégradé ; on a des systèmes d’irrigation endommagés. Il ne reste plus que les mornes où les gens vont pouvoir travailler, ce qui va les rendre encore plus vulnérables et dangereux.

Il y a donc des choix douloureux à faire. C’est le plan d’aménagement du territoire qui s’impose.

Bernard

Il y a le plan d’aménagement du territoire, mais il y a aussi ce dont nous parlions vendredi : la densité de la population.

C’est une question que je soulève depuis longtemps. Tu peux faire tous les plans d’aménagement que tu veux, tu peux décider de faire une réforme agraire, tans que tu auras cette densité de population, tu ne peux rien faire. Il faut faire partir une partie de la population agricole vers d’autres secteurs.

Cazeau

Je suis d’accord. Il faut le voir en terme de concentration dans les zones agricoles. Il y a des choix à faire. Il y a trop de monde dans l’agriculture. Il faut donc créer d’autres filières, pour reconvertir les gens. Mais ça, c’est pour l’avenir.

Bernard

Laisse-moi te taquiner ; tu parles d’autres secteurs, cites m’en quelques uns.

Cazeau

Peu à peu, il faudra se lancer dans l’agro-industrie, puis d’autres créneaux industriels. Il y  aussi le secteur du tourisme.

Dimanche

Vendredi nous avions un atelier sur le Plan National de Sécurité Alimentaire et il y a eu beaucoup de propositions. On a parlé de remembrement des terres, de stratégies de cultures, de développer d’autres filières, comme l’agro-industrie, de création d’autres créneaux avec des spécialisations. On a parlé de gestion intégrée des bassins versants, qui est une priorité, car les bassins versants sont des châteaux d’eau.

Bernard

Vendredi j’ai pensé à quelque chose. Vous connaissez ce document qui a été préparé par le Groupe de Travail sur l’Agriculture, avec Paul Duret, Volny Paultre, etc. Est-ce que dans ce document on ne donne pas des indications où on peut faire quel type de culture ?

Dimanche

Exactement, ce document donne les potentialités de toutes les zones du pays. Il n’y a plus rien à écrire. Tous est là. Il suffit de passer à l’action.

Bernard

Concrètement, quelles perspectives y  a-t-il de relancer la production ?

Cazeau

Le président Préval, depuis avril, avait lancé l’idée de la relance de la production. Maintenant, avec ces chocs dramatiques, il faut s’en tenir à cette relance, mais pas n’importe comment. Il faut profiter de ces évènements pour tenir compte de la vocation de chaque zone. On ne peut pas relancer la production partout de la même manière.

Mais, avant tout, il faut protéger les zones en altitude. Il y aura des zones réservées, des zones agro-forestières, des zones de pâturage, à partir desquelles on pourra développer une agro-industrie : lait, yaourt, fromage, viande.

A la CNSA quand nous faisons le bilan alimentaire, notre agriculture ne contribue qu’à 40 % à notre consommation.

Dimanche

Nos systèmes de production sont détruits ; il faut s’attendre à ce que notre production tombe à 30 ou même 20 % du panier de la ménagère. L’aide alimentaire va s’accroître.

Bernard

J’ai une idée saugrenue. Comme vous l’avez dit, le moment n’est pas à faire des discours. Nous savons ce qu’il y a à faire, mais on ne fait rien, en partie parce que personne ne respecte les règlements. Le parlement vient d’autoriser le gouvernement à décréter un état d’urgence qui lui permet, pendant quinze jours, de prendre les mesures qu’il juge nécessaires.

Est-ce que, dans le cas de l’agriculture, on ne pourrait pas déclarer un état d’urgence, mais pas pour quinze jours, pour 15 mois, de manière à ce que le MRNDR dispose de moyens coercitifs pour forcer les choses à se faire comme il se doit ?

Cazeau

Je pense qu’il y a un crédit que l’on peut faire à ce gouvernement. On a nommé deux secrétaires d’Etat, à la production végétale et à la production animale. Je pense qu’avec l’équipe en place et avec les déclarations du président, on va mettre le paquet.

On doit les prendre au mot. La société civile, les organisations socio-professionnelles, tous doivent contribuer. Je crois qu’on peut prendre la voie qu’il faut, avec la collaboration du Ministère de l’Environnement. Je ne suis pas pessimiste.

Dimanche

Effectivement on ne doit pas être pessimiste. Tout haïtien doit se dire qu’il y a un effort à faire car là où nous sommes on ne peut pas aller plus bas.

Bernard

Ça ce n’est pas vrai. Depuis que je suis très jeune, et cela fait longtemps, j’entends dire : le pays est tombé si bas, on ne peut pas aller plus bas. Eh bien, je vais vous dire : on peut.

J’ai une question de détail. J’ai entendu dire que le gouvernement avait mobilisé 8 milliards de gourdes et que c’est l’agriculture qui avait reçu le plus gros morceau : 2,5 milliards ; combien l’environnement a-t-il reçu ? Car si on n’a pas d’environnement, on n’a pas d’agriculture.

Cazeau

Je ne sais pas. Mais on parle d’un pont entre les problèmes conjoncturels et les problèmes structurels, car, si on se contente de gérer l’immédiat, on peut se retrouver dans la même situation. Pendant qu’on règle les problèmes immédiats, on doit jeter les bases de la solution des problèmes structurels.

Bernard

René Préval, quand il est arrivé au pouvoir la deuxième fois, a parlé d’une programmation sur 25 ans ; peut-être va-t-il être obligé de le faire maintenant.

Cazeau

Il y a des cas où la nature force à agir.

Dimanche

Je pense qu’il est extrêmement important de nous entendre sur l’orientation qu’on veut prendre. Et chaque secteur doit donner son apport. Mais il faut aussi des plans annuels, bisannuels, qui doivent mener à ce plan de 25 ans.

Bernard

C’est grand défi. Il y a des choix à faire. J’ai l’impression qu’il y a des initiatives qui viennent de l’extérieur et qui répondent plus aux besoins de l’extérieur. Et ce depuis la colonie. Car si on a produit du sucre, c’est parce que les français en avaient besoin pour sucrer leur café. Par la suite, l’introduction de la figue-banane est venue du fait qu’il y avait un marché pour la figue-banane aux Etats Unis. Même chose pour le sisal.

Lors de l’atelier de vendredi, je faisais un aparté avec Alain Thermil, même si c’était défendu. Quelqu’un avait dit qu’il fallait que le gouvernement donne ses priorités en matière de production agricole ; et je disais que cela n’avait jamais été formulé formellement, mais que dans les faits il y avait des priorités implicites. Et je citais le cas de la distribution de terre de Salomon, où il était dit que les bénéficiaires recevraient la terre en toute propriété s’ils réservaient une proportion importante à la culture du café et autres denrées d’exportation.

La priorité n’est jamais à la sécurité alimentaire de la population.

Si on parle d’un plan de 25 ans, il faut décider ce que l’on veut faire.

Récemment, on est venu avec cette affaire de bio-carburant. Je ne veux pas en parler trop fort, parce que l’actuel ministre de l’agriculture était très impliqué. Mais j’ai été envoyé par le ministre d’alors chercher des terres pour planter du sorgho sucré, parce qu’un haïtien, installé en République Dominicaine, lui aussi ancien ministre de l’agriculture, avait un projet de production d’éthanol à partir du sorgho sucré à cheval sur la République d’Haïti et la République Dominicaine.

Cazeau

On ne peut pas finir l’émission sans une ouverture. La CNSA doit anticiper, mais il faut que tous les intervenants orientent leurs actions.

Dimanche

Effectivement, il faut cibler les couches victimes de l’insécurité alimentaire, et nous, dans la section des publications de la CNSA, nous y travaillons et nous souhaitons, par exemple, que tout le monde prenne connaissance du flash alerte qui est sorti cet après-midi.

Bernard

Je peux dire que, suite à l’émission avec Gary Mathieu, j’avais pris la décision de donner un résumé, même très bref, de chaque flash info que sortirait la CNSA.

Dimanche

Cette fois-ci, c’est un flash alerte, mais la semaine prochaine, on aura le flash normal.

Bernard

En tout cas, vous avez ma promesse, dans cette émission on mentionnera les publications de la CNSA.