Courriel: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

27 Jun, 17

Alain - bassins versants

Emission du

07/10/08

Thème

L’aménagement des bassins versants

Invité

Alain Thermil

 

Transcription

 

Bernard

Cet après-midi, nous allons aborder le concept de bassin versant. Ce thème a été souvent mentionné au cours des émissions, mais nous n’y avons encore jamais consacré une émission. Pas que nous ne voulions pas le faire, au contraire, nous avions toujours cela en tête, mais l’actualité nous a toujours tiré ailleurs.

Aujourd’hui, les bassins versants font l’actualité, parce que tout le monde s’accorde à dire que, si nos bassins versants n’étaient pas si dégradés, nous n’aurions pas atteint ce niveau de dégâts après les  cyclones qui nous ont visités.

Pour parler de ce thème, nous avons quelqu’un qui est notre « homme de référence » quand il s’agit de bassins versants ; il s’agit de Alain Thermil. Depuis longtemps, il avait manifesté le désir de venir en parler, mais, comme je l’ai déjà dit, l’actualité ne lui en a pas laissé le loisir. Avec l’entrée des bassins versants en plein dans l’actualité, nous avions pris rendez-vous pour la semaine prochaine, car cette semaine je devais recevoir les deux agronomes de la CNSA. Ils ont été empêchés à la dernière minute, soit par des problèmes familiaux, soit avec la préparation de la journée mondiale de l’alimentation, le 16 octobre. Je me suis donc tourné vers Alain, bien qu’il ait été avec nous la semaine dernière pour parler des dégâts enregistrés sur les périmètres touchés par le PATRAI, il m’a répondu : je ne peux rien te refuser.

Je remercie donc Alain pour sa disponibilité, et je crois qu’il se passe de présentation. Il est venu trois fois nous parler du PATRAI, il a accompagné Jean-Robert Jean-Noël, quand celui-ci était venu parler de la proposition de la FONHDILAC pour la relance de la production  agricole, il a accompagné Edna qui était venue parler d’agroforesterie.

Je ne veux pas lui imposer un plan, mais il y a des points qui mériteraient qu’on s’y arrête. Pour commencer, qu’est-ce que c’est qu’un bassin versant ? Puis, quelle relation y a-t-il entre les bassins versants et les dégâts provoqués par les cyclones ; quel est leur rôle dans le renouvellement de cette ressource qu’on appelle l’eau ;  quelle est l’importance des bassins versants dans la protection de ceux qui vivent en aval ; enfin qu’est-ce qui peut être fait pour corriger cet état de dégradation que j’ai mentionné ?

En deux occasions, dans le courant du mois dernier, j’ai dû faire une émission sans invité, et, chaque fois, j’ai mentionné un article de l’agronome William Michel, où celui-ci fait une évaluation de ce coûterait la réhabilitation du bassin versant de la rivière la Quinte, responsable des dégâts aux Gonaïves. Michel arrivait à des chiffres astronomiques et concluait que Haïti ne disposerait jamais de ces sommes ; il affirmait cependant qu’il y avait des actions qui pouvaient être entreprises, mais n’était pas rentré dans le détail. Nous pourrions l’inviter, mais il est souffrant ; heureusement nous avons Alain avec nous ; Alain, à toi.

Alain

Merci, Bernard, et salut à tous les auditeurs. C’est pour moi un plaisir de venir parler d’un sujet qui me tient à cœur. D’entrée de jeu, tu as posé un problème intéressant : on parle de bassin versant, mais qu’est-ce que c’est ? Ce n’est pas compliqué, un bassin versant est une surface qui draine toute l’eau de pluie vers une ravine, laquelle va déverser cette eau dans un lac, une rivière ou à la mer.

Bernard

Prenons un exemple sur Port-au-Prince ; le bassin versant de la ravine du Bois-de-Chène, c’est d’un coté le Morne l’Hôpital et de l’autre le morne de Bourdon. Toute l’eau de pluie qui tombe sur cette partie du Morne l’Hôpital, toute l’eau qui tombe sur les collines de Bourdon vont dans le Bois-de-Chène, et à la fin, on la retrouve au Boulevard du Bicenteraire.

Alain

C’est une bonne illustration. Maintenant, il faut que je retrouve tes questions.

Bernard

La deuxième question : l’importance des bassins versants.

Alain

On dit qu’Haïti est un pays essentiellement agricole ; mais un pays qui est fait de mornes pour les trois quarts a plutôt une vocation agroforestière ou sylvicole.

Bernard

Quand tu dis sylvicole, tu parles de forêt.

Alain

C’est cela. Si on considère le relief montagneux d’Haïti, on constate que nous avons une quantité de bassins versants, de tous ordres et de toutes tailles.

Ce qui est important, c’est l’eau ; on a besoin d’eau pour les usages domestiques, pour l’agriculture, et ce sont les bassins versants qui nous alimentent en eau.

Le bassin versant est un espace qui peut être utilisé à différentes fins : construction de ville, par exemple ; la ville de Port-au-Prince est située dans n bassin versant, ainsi que la plupart des villes.

Bernard

Je profite pour signaler qu’on a eu la journée inter-américaine de l’eau, le 5 octobre et, qu’à cette occasion j’ai participé à un séminaire organisé par l’ADISH.

Alain

Le bassin versant est un réceptacle, quand l’eau arrive, elle est drainée ; si cet espace est boisé, les arbres facilitent l’infiltration de l’eau dans le sol ; cela va recharger la nappe ; les sources auront un débit plus important et plus régulier. A l’inverse, quand le bassin versant est dégradé, le ruissellement est plus important.

Bernard

La semaine dernière, je suis allé dans l’Artibonite ; je suis donc passé par Cabaret, pour la première fois depuis les cyclones, et j’ai pu voir les dégâts. C’est un exemple de ce que tu dis. Le bassin versant de la rivière Bethel commence depuis la zone de Saut-d’Eau et il est totalement dégradé. A la première pluie la terre s’en va …

Alain

… c’est bien cela, et quand on a une ville en contre-bas, elle est inondée, et souvent les gens n’ont même pas le temps de se mettre à l’abri …

Bernard

… surtout avec cette rivière qui a la mauvaise de s’amener en pleine nuit.

Alain

Bon ! notre climat fait que c’est le soir qu’il pleut. Avec cette illustration, on voit l’importance des bassins versants. Pour ma part, depuis l’époque des ateliers de la FHE (Fondation Haïtienne de l’Environnement)…

Bernard

… c’est là que tu m’as parlé de faire une émission sur les bassins versants …

Alain

… c’est bien cela ; donc depuis lors je fais un plaidoyer pour une autre approche des bassins versants.

Bernard

Parce que jusqu’à présent on n’a fait que de la m.

Alain

Bon !

Bernard

Ecoute ! 2004 Gonaïves, quatre ans après la même chose ; 2007 Cabaret, un an après le même coup de bâton.

Je crois que c’est après Hanna que j’ai vu la Rivière Grise à la télé ; j’ai attrapé ma camera et je suis parti faire des photos. J’ai une relation particulière avec la Rivière Grise, parce que je la traverse souvent et chaque fois je me dis qu’il serait facile d’évaluer un travail de réhabilitation qui aurait été entrepris. Pendant une grande partie de l’année, elle est réduite à un filet d’eau, et puis, l’autre jour, c’était l’Artibonite ! et elle était sale. Cela veut dire que, si on entreprend de réhabiliter le bassin de la Rivière Grise, qui remonte jusqu’à Furcy, on a deux moyens de vérifier le résultat du travail : la couleur de l’eau et la régularité du débit.

Alain

C’est correct. Quand on a un bassin non dégradé, on n’a pas de grandes variations de débit et de turbidité de l’eau …

Bernard

… qu’est-ce que c’est que cela ?

Alain

C’est le niveau de limpidité de l’eau. Plus on aura de sédiments, plus on aura une coloration de l’eau qui dépendra de la terre qui est charriée.

Bernard

Et cette coloration on la retrouve dans la mer. Dany Laferrière dit que la mer des Caraïbes n’est pas bleue, elle est turquoise, mais aux embouchures des rivières, elle est brune.

Alain

J’ai pris des photos d’avion, après le mauvais temps ; c’est toute la côte, depuis la baie de Port-au-Prince jusqu’à Gressier, qui a cette couleur. Donc, quand on a des bassins versants dégradés, on a des problèmes au niveau de l’exploitation des plages pour le tourisme….

Bernard

… et au niveau de l’éco-système marin : tous les poissons fichent le camp. Sans oublier l’éco-système des mangroves qui est de la plus grande importante dans le cycle de reproduction des poissons et des crustacés.

Alain

Ce qui montre que celui qui habite en haut de Furcy ne peut pas penser, qu’il n’a rien à voir avec celui qui pèche en bas. Nous sommes tous sur le même bateau et notre mauvais comportement, au niveau du bassin versant, a des répercussions directes pour celui qui pèche et indirectes pour leur auteur, car il ne trouvera pas de poisson, en qualité et en quantité, à consommer.

On peut parler aussi du manque à gagner pour ceux qui exploitent les plages. En Europe on classifie les plages  pour leur degré propreté, ici, il faudrait aller bien loin ...

Bernard

… à l’Anse du Clerc !

Alain

Ces jours-ci, à cause des cyclones, on parle de bassins versants, cela fait très savant, même quand on ne sait pas de quoi on parle ; j’ai entendu des gens parler de « bassin Vincent ». Mais nous sommes tous concernés, avec un pays compose à 75 % de mornes.

Bernard

Pour ceux que cela intéresse, j’ai trouvé une liste des principaux bassins versants d’Haïti, on en a identifié 30, et j’ai pu constater que la superficie donnée par William Michel ne correspond pas à ce que dit cette liste.

Alain

Je crois qu’il a été trop à l’ouest, vers la zone de la Sedren ; mais c’est bien que tu fasses référence à ce document. Ces informations remontent à 1972 ; elles viennent d’une mission de l’OEA qui a produit un document extraordinaire. J’ai eu l’occasion de le consulter après les cyclones, et ce qu’il disait en 1972 était encore actuel ; il y avait déjà un cri d’alarme.

Il y a un autre document que la USAID avait commandité et qui tentait de faire un classement des bassins versants selon leur degré de vulnérabilité, en tenant compte de différents paramètres, c’est le document le plus récent que l’on ait ; il date, je crois, de 2005.

Il y a aussi les nouvelles technologies - je crois que tu dois recevoir Gina Porcena à cette émission – elles ont permis d’affiner les données de 1972.

Bernard

Nous avons dit ce qu’était un bassin versant, nous avons dit qu’Haïti vivait à l’heure des bassins versants et nous avons dit qu’ils étaient dégradés. Maintenant, qu’est-ce qu’on peut faire ?

Alain

D’abord il faut faire un choix des bassins versants sur lesquels on peut intervenir. On parle de bassin versant de taille gérable. Il faut rester dans l’optique de sauver ce qui peut être sauvé. Il faut protéger ce qui est encore là, par exemple la réserve du Macaya, dans le massif de la Hotte. Il y a toute une série de bassins versants qu’on n’a plus d’intérêt à protéger.

La nouvelle approche consiste à voir le bassin versant comme une unité, avec celui qui l’exploite au niveau du sommet, celui qui l’exploite dans la partie médiane, et le pêcheur. Il faut une approche où tous se sentent concernés. Autrefois, on écartait les personnes ;aujourd’hui, avec 8,5 millions d’habitants, il faut intégrertout le monde dans la gestion des bassins versants.

Bernard

Avant de continuer, j’ai une question. Ce matin, j’ai eu une discussion au cours de laquelle quelqu’un a parlé de déplacer la ville des Gonaïves. Comment réagis-tu à cette idée ?

Alain

Ma réaction c’est : non.

Bernard

J’en parle, parce que tu as mentionné les 8,5 millions d’habitants. Nous avons la plus forte densité de population en Amérique, donc, quelque soit l’endroit où on va, on trouve du monde. C’est sur ce point que j’ai toujours eu des discussions avec Sébastien Hilaire, quand il était Ministre de l’Agriculture.

Mais revenons à ce que tu disais de l’intégration des personnes dans la gestion des bssins versants.

Alain

Oui, il faut instituer un partenariat entre l’Etat et la population. Depuis le temps qu’on parle de reboisement, on voit le résultat. Le problème est qu’on utilise le bois comme une ressource fossile, pas comme une ressource renouvelable.

Il  faut renouveler la ressource ; il faut un plan d’exploitation de cette ressource naturelle et finalement arriver à ce fameux plan d’aménagement du territoire.

Ce qu’il ne faut pas oublier, surtout avec cette croissance démographique, c’est que ce sont les personnes qui sont le plus important.

Pour revenir à cette affaire de déplacer la ville des Gonaïves, est-ce que l’habitant des Gonaïves a envie d’être déplacé ?

Bernard

Il y a une autre chose qu’il ne faut pas oublier ; une ville ne s’est pas développée en un endroit par hasard. Il y a une série de facteurs géographiques, économiques et  autres, qui ont amené ce développement.

Dans le cas des Gonaïves, la ville a connu une croissance dont on ne tient pas compte. On continue à en parler comme la quatrième ville d’Haïti, en terme de population, autrement dit après les Cayes. Or, depuis 1972, les statistiques indiquent que les Gonaïves ont dépassé les Cayes. Cela veut dire qu’il se passait quelque chose dont les dirigeants n’ont pas su tenir compte, et en 1984, cela leur a explosé à la figure.

Alain

Je crois donc que la nouvelle approche consiste à composer avec les gens qui vivent dans les bassins versants, qui y ont leurs habitudes de vie, ou de survie.

Les ressources naturelles sont là pour le bien-être de l’homme ; elles doivent être exploitées de manière à être utiles à l’homme maintenant et dans le futur.

Il y a des bassins versants qui ont atteint un niveau de dégradation où on ne peut plus faire grand chose.

Bernard

Cite m’en un.

Alain

Ne sont-ils pas tous dans ce cas ?

Bernard

Voilà ! Quand on parle de bassins versants gérables, on parle de petits bassins. Mais, par exemple, au CNIGS (Centre National de l’Information Géo-Spatiale), il a été question de choisir un bassin versant pour une expérience pilote. J’ai proposé celui de la Grande Rivière du Nord. On m’a demandé si j’étais fou. Effectivement, le bassin de la Grande Rivière du Nord est gigantesque, 680 km2, mais attention, il faut tenir compte de tous les aspects. On parle de reconstruire le barrage de la Tannerie, sur la Grande Rivière du Nord, pour irriguer la plaine de Quartier Morin. Mais, si on ne fait rien sur le bassin versant, ce sera de l’argent jeté.

Alain

Moi, je me pose des questions, quand je vois les évaluations de William Michel, cela va coûter beaucoup d’argent ; il faut qu’on arrête de jouer.

En l’espace de trois semaines, on a de l’eau partout, des ponts emportés, etc, et je me suis demandé si c’était une affaire exceptionnelle ; mais la République Dominicaine est sur la même île, elle a subi les mêmes intempéries, elle n’a pourtant pas eu tous ces dégâts.

Bernard

Il ne faut pas que cela se passe comme pour Jeanne. On parle beaucoup, juste après la catastrophe, et puis, après quelque temps, on ne s’y intéresse plus. Je crois qu’il faut que des personnes s’attachent à toujours rappeler le problème.

Mais le thème de l’émission c’est l’aménagement des bassins versants ; tu dis que cela va coûter cher ; qu’est-ce qui va coûter cher ? des structures physiques ? parce que l’aménagement c’est quoi ? des structures physiques, des canaux, des structures biologiques et un plan d’occupation du sol.

Cela me rappelle l’histoire de la Rouillonne. Chaque année la Rouillonne inonde Léogane, amenant des tonnes de sable. Un beau jour, le Président Préval a déclaré qu’il en avait assez d’entendre parler des dégâts causés par le Rouillonne ; on a décidé de faire quelque chose sur le bassin versant. On a découvert que le sol des mornes d’où vient la Rouillonne est de très mauvaise qualité ; c’est une sorte de basalte très friable. Les  bourgeois de Léogane n’ont rien trouvé de mieux à faire que d’y envoyer des métayers cultiver de l’arachide, notre pistache. Or on sait que la récolte d’arachide se fait en arrachant la plante, créant dans le sol une sorte de plaie à nu qui n’attend que la première pluie pour envoyer le sable en bas de la montagne.

Alain

L’aménagement, c’est une combinaison de toutes les technologies que l’on connaît, mais il faut toujours intégrer les personnes, car, si on se contente d’un projet, une fois ce projet terminé, il n’y a plus rien. En plus du fait que, dans les projets, on est toujours sous la pression des échéances.

C’est l’approche sociologique qui permettra la durabilité de l’entreprise. Il faut que les personnes trouvent un intérêt dans ce qui se fait, c’est l’aspect économique.

Et il faut un document-maître, un plan d’aménagement.

Bernard

Voilà pourquoi cela ne doit pas être un projet, cela doit être une politique …

Alain

… et même un mode de vie, car il faut que chacun  sente qu’il a une responsabilité..

Bernard

Je me demande si la première démarche ne doit pas être une vaste campagne d’éducation pour permettre à tous, ceux d’en haut comme ceux d’en bas, de se rencontrer et de comprendre les mécanismes de la dégradation.

Cela me mène à parler de la maquette du bassin versant de la Grande Rivière de Jacmel qui a été réalisée par la CROSE (Coordination Régionale des Organisations du Sud-Est). Je crois que c’est un outil extraordinaire pour cette campagne d’éducation.

Cela me rappelle aussi que, dans la zone goâvienne le thème des relations entre le haut bassin et le bas bassin revient régulièrement, non seulement de la part des techniciens, comme Isaac lors de son émission, mais aussi chez les leaders paysans, comme Manno et Maxo.

Alain

J’allais en arriver la zone goâvienne, car dans le cas de l’agriculture, depuis le PPI (Projet de réhabilitation des petits périmètres d’irrigation), avec les « focus groups » qu’on avait organisés, le problème est devenu évident ; les paysans qui travaillent sur les aires irriguées ont eux-mêmes monté une commission pour aller discuter avec les gens d’en haut, et, même après la fin du projet, les relations ont continué.

Bernard

Essayons de reprendre les grands points :

1.       approche intégrée, voir le bassin versant comme une unité ;

2.       intégration de la population dans tout ce qui se fait ;

3.       aménagement : plan d’occupation du sol, aménagement en terme de modifications, structures physiques.

Alain

Et puis tenir compte des aires protégées.

Bernard

Je n’aime pas qu’on parle d’aires protégées ; dans l’état où est le pays, tout doit être protégé, sauf peut-être le Champs-de-Mars ; et encore il faut le protéger du maire !

Alain

Il faut trouver des mécanismes grâce aux-quels il ne faudra pas toujours refaire le même travail.

Bernard

Je crois que c’est un thème sur lequel il faudra toujours revenir afin qu’on n’oublie pas.

Alain

Je pense que c’est une bonne idée.

Des cas comme les Gonaïves, les lacs (Azueï, Etand de Miragoâne), tout cela m’intéresse. Il ne s’agit pas de faire des actions d’éclat, et puis plus rien, mais il est difficile de trouver les fonds et le personnel pour un travail de longue haleine.

Bernard

Je repense à Fonds Verrettes ; cela a été la même histoire.

Je me demande s’il ne faudrait pas choisir des points de ce genre et aller voir chaque six mois comment la situation évolue.