Courriel: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

29 Mar, 17

L'agroforesterie


Emission du

22/01/08

Thème

L’agroforesterie

Invité

Edna Civil Blanc

Alain Thermil

 

Transcription

 

Bernard

Aujourd’hui nous avons une émission un peu particulière. Au départ, c’est Alain Thermil, après qu’il ait fait une émission sur le PATRAI, qui avait parlé de revenir pour une émission sur les bassins versants, pour parler d’une gestion plus intelligente des bassins versants. Puis, au début de l’année, il m’a dit : j’ai mieux ; il y a quelqu’un à la FONHDILAC qui est la femme de référence sur l’agroforesterie. C’est notre amie Edna Civil qui nous est revenue de l’étranger.

Nous connaissons Edna depuis longtemps ; elle était à l’université et participait aux rencontres du RENAH-FIDA/CIARA. Puis elle a disparu de la circulation et maintenant elle nous revient comme femme de référence sur l’agroforesterie, et Alain a décidé de l’amener à ce micro. Donc, Edna, bonsoir.

Edna

Bonsoir Bernard, bonsoir Alain, bonsoir à toutes les auditrices et auditeurs.

Bernard

Au cours de notre échange de correspondance pour la préparation de cette émission, Edna m’a écrit : je vais parler des dimensions de l’agroforesterie, plus particulièrement des aspects socio-économiques et culturels, de son application dans les pays en voie de déve-loppement et les pays développés, particulièrement de la façon dont les innovations et les techniques agroforestières peuvent aider à pallier aux problèmes causés par les pratiques agricoles en Haïti, ainsi que de leur apport dans l’amélioration du revenu de l’agriculteur.

Voilà tout un programme, Edna, nous sommes tout oreille.

Tu vas commencer par nous dire ce qu’est l’agroforesterie.

Edna

Quand on parle d’agroforesterie, on voit les forêts, et quand une haïtienne parle d’étudier l’agroforesterie, on lui dit : quelle idée folle, il n’y a plus de forêts en Haïti. Mais l’agroforesterie c’est plus que les forêts ; c’est une discipline qui n’est pas nouvelle, ou plutôt une discipline nouvelle pour des pratiques anciennes. Les agriculteurs ont toujours pratiqué l’agroforesterie, aussi bien dans les pays en voie de développement que dans les pays développés. Avec la révolution industrielle et l’exploitation de grandes surfaces dans les pays industrialisés, on a vu une disparition de ces pratiques, mais dans les pays tropicaux elles existent toujours.

Avec les difficultés que connaissent de nombreux pays, développés ou en voie de développement, on revient aux pratiques agroforestières pour pallier à une série de situations : problème de déforestation, crise du bois, sécheresse, en particulier dans les pays du Sahel.

Le plus grand centre de recherche en agroforesterie est à Nairobi (Kenya), c’est le ICRAF (International Center for Research in Agroforestry), mais il s’en est créé plusieurs autres depuis.

Bernard

Tu as été au Kenya ?

Edna

Pas encore, mais j’aimerais bien.

L’agroforesterie est une nouvelle discipline et on a mis du temps à lui trouver une définition. En 1982, deux auteurs ont proposé la définition suivante : « l’agroforesterie est un système d’aménagement durable qui accroît les rendements globaux, combine les cultures, les plantes forestières et les animaux, séquentiellement ou de manière simultanée, sur la même parcelle, et applique des techniques qui sont compatibles avec les habitudes sociales des populations locales ».

Cette définition date de 1982, car c’est dans les années 80 que l’agroforesterie a commencé à prendre sa dimension scientifique.

Au 1er congrès sur l’agroforesterie, qui s’est tenu en Floride en 2004, on a révisé cette définition. « L’agroforesterie », suivant la déclaration d’Orlando, « est un système dynamique d’aménagement écologique des ressources naturelles qui, en intégrant les espèces ligneuses aux champs agricoles, fermes et autres paysages, diversifie, augmente la production et engendre des bénéfices sociaux, économiques et  environnementaux pour les propriétaires terriens. »

Donc, si on regarde bien ces définitions, on voit que l’agroforesterie ce n’est pas seulement de l’agriculture et de la foresterie …

Bernard

C’est justement là où je voulais en venir. Toutes ces définitions, c’est bien joli, c’est de la littérature, mais je ferai une première remarque. Tu as dit que le 1er congrès s’est tenu en 2004 ; c’est tout récent, en tant que science, mais en tant que pratique, c’est autre chose.

Maintenant ce que je veux dire, pour nous autres haïtiens, quand le paysan a travaillé toute la terre plane disponible, tandis qu’il n’arrête pas de faire des enfants, il va dans les mornes, déboise et fait des cultures sur de nouvelles terres. C’est ce qu’on appelle les « bois neufs ». Mais en pratiquant des cultures sarclées en montagne on accélère l’érosion.

 L’agroforesterie permettrait, au lieu de détruire la forêt, de combiner forêt et jardin, de cultiver sous les arbres, évidemment pas n’importe quel arbre. On ne peut pas faire des cultures sous les manguiers, leur feuillage est trop dense et produit trop d’ombre.

L’agroforesterie c’est l’association de cultures, culture vivrière et culture d’espèces ligneuses.

Edna

En d’autres termes, pour donner une définition haïtienne, l’agroforesterie c’est quand l’agriculteur décide de mettre sur la terre qu’il exploite, des arbres et des cultures vivrières. Il peut aussi mettre des animaux sur cette même parcelle.

Bernard

Et comment s’appelle cette technique ?

Edna

Je ne veux pas le dire maintenant car je compte y revenir.

Bernard

Tu m’enlèves une occasion de faire l’intéressant.

Edna

L’agroforesterie n’interpelle pas seulement ceux qui sont dans l’agriculture et la foresterie, mais aussi les spécialistes en sociologie, en économie rurale, en anthropologie, en géographie.

L’agroforesterie s’est la réconciliation des arbres avec les cultures vivrières, de l’économie avec l’écologie. Elle accroît les revenus tout en préservant les ressources naturelles ; elle accompagne la diversité de l’économie rurale et augmente les revenus des paysans. On ne la pratique pas seulement pour des raisons esthétiques, bien que les parcelles cultivées en agroforesterie soient très belles, mais parce que c’est un système productif et efficace.

L’élément indispensable, c’est l’arbre. C’est dans cette optique que l’aspect écologique est important ; on ne peut avoir d’agroforesterie sans les arbres. C’est là qu’on a la durabilité du système. C’est aussi un système qu’on a développé pour s’adapter aux techniques culturales modernes.

Elle favorise une meilleure valorisation des éléments naturels : les éléments nutritifs, l’eau, la lumière. Si on a une association arbres-maïs, le maïs s’approvisionne dans les couches supérieures du sol, alors que l’arbre puise ses éléments nutritifs plus en profondeur, puis les restitue à la surface par la chute des feuilles. Pour l’eau, c’est la même chose. L’arbre rend l’eau disponible pour les cultures vivrières, car quand il perd ses feuilles, celles-ci forment une litière qui retiendra l’eau de pluie.

C’est ce qu’on appelle l’interaction positive.

Mais il y a aussi la compétition. Elle est toujours présente, qu’il s’agisse des éléments nutritifs, de l’eau ou de la lumière.

L’agroforesterie amène aussi la facilitation, et c’est ce dont Bernard parlait tout à l’heure.

Ainsi on ne peut utiliser n’importe quel type d’arbre. Il faut des essences forestières dont les racines pénètrent profondément, pour ne pas nuire aux autres cultures, dont les cîmes ne sont pas trop larges, créant trop d’ombre. C’est pourquoi on choisit des légumineuses, des arbres qui portent des gousses riches en azote qu’ils ont capté de l’atmosphère et qu’ils mettent ensuite à la disposition des autres cultures. Les légumineuses sont aussi de bonnes sources de fourrage pour l’alimentation du bétail.

Bernard

Donne-moi un exemple de légumineuse.

Edna

Le leucena, qu’on appelle aussi délin.

Bernard

Bon, ce n’est pas exactement la même chose ; leucena et délin sont cousins, mais le délin est une plante endémique, tandis que le leucena a été introduit en Haïti récemment.

Edna

Il y a aussi l’acacia.

Bernard

Le flamboyant aussi ?

Edna

Oui, toutes les plantes à gousses sont en général des légumineuses.

Maintenant on peut commencer à parler des types de systèmes agroforestiers existants ; il y en a trois :

  1. l’agrisylviculture, qui associe l’agriculture et la forêt,

  2. le sylvo-pastoralisme, qui associe l’élevage à la forêt,

  3. l’agro-sylvo-pastoralisme qui associe l’agriculture et l’élevage à la forêt

Bernard

C’est là où je voulais en venir ; parce que, dans le cadre d’un projet à la Forêt des Pins, l’équipe de techniciens était arrivée à la conclusion qu’il fallait développer un système agro-sylvo-pastoral. C’est ce que je voulais que tu dises, maintenant je suis satisfait.

Edna

De ces systèmes ont découlé toute une série de techniques, chacune en fonction de la zone concernée. Les techniques que l’on utilisera dans la Plaine du Cul-de-Sac ne seront pas celles utilisées dans la plaine de Léogane, ou dans les mornes. Il y a des techniques appropriées à chaque condition écologique.

Elles dépendent de la manière dont on dispose les composantes que sont les arbres, les cultures vivrières, le bétail. Il y a des arrangements spatiaux et des arrangements temporels.

Un exemple d’arrangement spatial serait un système intercalaire régulier où les cultures alternent avec des rangées d’arbres. On peut aussi avoir un système irrégulier, comme dans un « jaden-lakou ».

Dans l’aménagement temporel, les composantes ont une présence simultanée ou séquentielle sur la parcelle. Dans le cas de la jachère, on a une présence séquentielle.

Bernard

Tu veux dire en alternance : une fois c’est cette composante, puis c’est l’autre, puis on revient à la première.

Edna

Le système agroforestier est pensé en raison d’une fonction : nutritionnelle, fourragère, conservationniste, productrice de bois pour le chauffage ou autres usages.

Comme on l’a déjà dit, la technique sera différente dans chaque zone écologique, et il y aura autant de techniques qu’il y a d’utilisateurs.

Il y a aussi des techniques traditionnelles, qui ne répondent plus aux besoins, d’où l’introduction de techniques modernes, innovantes, issues de la recherche.

Avec cela nous touchons à un autre point, car dès qu’on parle de techniques modernes, on parle de recherche. Comme toute discipline scientifique, l’agroforesterie dépend de la recherche. On en pratique dans de nombreux pays, mais Haïti est un des pays qui restent à la traîne. Pourtant, dans un pays où la majorité de la population vit de l’agriculture, et où beaucoup d’agriculteurs pratiquent l’agroforesterie, avec des systèmes traditionnels, il devrait y avoir une recherche qui propose des techniques modernes, innovantes, de manière à améliorer les rendements.

Bernard

Je vais venir avec autre chose. L’agroforesterie c’est l’association des cultures vivrières avec les bois. Il y a d’autres types d’associations, des associations de cultures vivrières. Il y a des années la France a financé un programme de stages pour les étudiants de la FAMV (Faculté d’Agronomie et de Médecine Vétérinaire) sur le Plateau de Salagnac, au-dessus de Fonds-des-Nègres, et ils ont découvert que les paysans pratiquaient des associations de cultures, que les agents d’extension condamnaient, au nom de la modernité (monoculture, avec application d’engrais et de pesticides chimiques), alors que ces associations avaient toute leur logique. Le paysan ne pouvait pas l’expliquer, n’ayant aucune notion de botanique, de chimie et autres sciences, mais la pratique la lui avait apprise.

Alain

Une association classique c’est maïs-pois (haricot). Le pois, comme Edna l’a expliqué, est une légumineuse, il permet au maïs de profiter de l’azote …

Les techniciens ne connaissent pas ces pratiques, les agronomes non plus, du reste, qui ne connaissent que la monoculture, plus facile à contrôler …

Bernard

et qui rend la mécanisation plus facile …

Alain

car quand tu rentres dans les associations de cultures, tu prends disons 2 cultures, pour faire plus facile, le calcul de rendement devient un casse tête.

Bernard

J’ai un autre cas très amusant. Il y a quelques années, Bob Maguire, de la Fondation Inter-Américaine, avait fait venir en Haïti un paysan de la Dominique, Andrew Rouyer. Andrew faisait de l’agriculture bio avant la lettre ; pour protéger certaines cultures des chenilles, il intercalait, entre ses bandes de légumes, des bandes de fleurs, en l’occurrence des soucis, qui ont une très forte odeur.

Tu m’excuses de l’interruption.

Edna

Au contraire, c’était très intéressant, car on ne fait pas de l’agroforesterie pour faire de l’agroforesterie, il faut un objectif.

J’ai aussi une anecdote. Mon professeur à Laval, qui est un des pionniers de l’agroforesterie au Canada, a fait de la recherche au Burkina Faso. Il a mis au point une variété de sorgho (petit mil) résistante à un parasite qui infestait les plantations. Il s’est rendu compte que les paysans n’appréciaient pas son sorgho : ils n’en aimaient pas le goût, mais surtout il résistait moins bien à la sécheresse et ne pouvait pas produire toute l’année. Il a compris qu’il n’avait pas tenu compte de l’aspect nutritionnel et du besoin de sécurité alimentaire.

Les arbres ont de nombreux usages : alimentation, fourrage, médecine, bois de chauffe, bois d’œuvre, haies vives fertilisation du sol, l’ombre. Dans l’agroforesterie, on ne laisse rien passer. Les arbres sont décortiqués pour voir ce qu’on peut tirer des produits ligneux : le bois, l’écorce, dont on peut extraire des essences, et des produits non ligneux : fruits, graines, feuilles pour le fourrage, fleurs, essences, même la sève (sucre d’érable)

Appel

Le point de vue des petits producteurs …

Edna

Il ne s’agit pas de marier les cultures pour marier les cultures ; il faut analyser les conditions pour savoir quel mariage permettra d’augmenter les rendements tout en protégeant l’environnement.

Pour revenir à l’utilisation du bois, j’ai amené quelques chiffres :

∙          au Mozambique, une famille de 6 personnes consomme, en moyenne, 7 m3 de bois de feu par an

∙          au Ruanda, 96,2 % des ménages utilisent le bois comme source d’énergie

∙          à Java, 63 % de l’énergie vient du bois

∙          pour la région Asie-Pacifique, le bois est la source d’énergie pour 2 milliards de personnes

∙          en Haïti, le bois est la source principale d’énergie en milieu urbain comme en milieu  rural.

Bernard

En milieu urbain, on utilise le charbon de bois, en milieu rural le bois mort.

Edna

En milieu rural, 90,25 % de bois mort, 25,97 %  de charbon.

Alain

Il faut rappeler que ces données datent de 2003, nous sommes en 2008, avec l’augmentation du prix de la bonbonne de gaz, les chiffres sont probablement plus élevés.

Ce qui est intéressant avec le charbon de bois, c’est que comme d’habitude, en Haïti, nous posons mal le problème. Le bois est une ressource naturelle renouvelable ; en Haiti on ne comprend pas ce que cela veut  dire. Une ressource naturelle est là pour être exploitée pour le bien-être de l’homme ; l’important est de gérer la ressource naturelle renouvelable. Il faut un plan énergétique …

Bernard

c’est dans le document d’Edna : elle parle de forêt énergétique, mon dada, l’exploitation rationnelle de la ressource naturelle renouvelable.

Mais il y a autre chose ; j’ai fait une émission avec Georges Michel sur l’utilisation du charbon. Et George disait que la technique que nous utilisons pour faire le charbon nous fait perdre tout un tas de substances, alors qu’il existe de techniques de fabrication du charbon qui permettent de récupérer ces substances qui autrement partent en fumée. On a donc un revenu supplémentaire à partir de ces  substances.

Alain

Il faut poser le problème différemment, et l’agroforesterie permet d’aller dans ce sens.

Bernard

Madame la femme de référence, je ne sais pas si tu vois une aiguille …

Edna

je la vois et je me demande si nous aurons le temps de rentrer dans l’histoire de l’agro-foresterie.

Bernard

Il y a un chapitre où tu parles des institutions qui font de l’agroforesterie en Haïti : Oxfam Québec, le Projet Transfrontalier, le projet de la FAO à Marmelade.

Edna

Oxfam Québec a un projet à Petite Rivière de Nippes …

Bernard

pour lequel j’avais invité Manolo, mais le jour où il devait venir, la rivière est descendue !

Edna

J’ai travaillé sur ce projet pour mon mémoire de maîtrise.

Bernard

Ou est ce mémoire ?

Edna

Tu l’auras ; le mémoire traitait de l’évaluation socio-économique des pratiques agroforestières.

Alain

Tu nous as fait une belle présentation de l’agroforesterie, mais si tu pouvais nous donner des éléments à partir de ta thèse.

Edna

A Marmelade, j’ai vu des choses très intéressantes autour du travail de la FAO avec le bambou et la canne-à-sucre, deux espèces intéressantes, car il y a toujours une demande pour la canne et la FACN fait des meubles avec le bambou.

Bernard

En fait, je n’ai jamais compris pourquoi la Fédération des Associations Caféières Natives (FACN) se lançait dans le bambou. Quelle est la relation entre le café et le bambou ? y a-t-il une association café-bambou ?

Edna

Je ne sais pas, mais l’essentiel est que la FACN fait du bambou …

Bernard

et des meubles en bambou.

Edna

Il y a une tendance à développer un système agro-sylvo-pastoral, et ils pensaient faire une association avec VETERIMED.

Bernard

Ce que je voulais dire, c’est que là ou j’ai entendu parler de système agro-sylvo-pastoral, c’était à la Forêt-des-Pins. Un des problèmes, là-haut, c’est la présence d’une population qui vit dans la forêt et qui coupe des arbres pour planter de la pomme-de-terre qui est vendue aux Dominicains. Bien sur, ils font aussi du charbon et des planches …

Alain

Même si nous n’avons plus beaucoup de temps,  il faut quand même signaler que c’est une des zones du pays où la coupe du bois est interdite. On n’a pas le droit de couper un arbre vivant, alors les gens utilisent un truc …

Bernard

je connais cela depuis mon enfance ; ils coupent l’écorce, l’arbre meurt et alors ils peuvent le couper.

Donc pour la forêt, il y a une ONG qui a lancé la formule agro-sylvo-pastoral et, puisque tu parles de VETERIMED, VETERIMED a installé une laiterie juste au-dessus de Savane Zombi.

Edna

Cela ne dérange pas qu’on fasse cette production dans la forêt. Il y a 2 méthodes : soit on introduit les arbres dans l’espace agricole, soit on introduit l’agriculture dans l’espace forestier. Ce qui est important, c’est que les techniques ne détruisent pas l’environnement.

Bernard

Tu as parlé d’arrangement spatial ; l’INARA avait fait un travail pour ce projet dans la localité de Mare Bœuf. Nous avons identifié, à partir du relief, quelles zones devaient rester réservées à la forêt et quelles zones pouvaient avoir des cultures maraîchères.

Edna

Tu sais que la Forêt-des-Pins est une réserve naturelle, elle n’est donc pas supposée être habitée.

Bernard

Chérie, je vais te dire quelque chose : ça c’est la théorie. Il y a un crétin au Ministère de l’Agriculture qui est radicalement opposé au projet, parce que « une forêt ne doit pas être habitée ». Mais les gens sont là, depuis plusieurs générations, et ce même ministère a perçu pendant des années un droit de fermage de ces gens.

Edna

Il peut y avoir du monde, c’est la gestion qui est importante.

Alain

Il y a plusieurs façons d’exploiter une forêt ; ainsi il y a l’écotourisme, si notre ami nous entend, il sera content, qui est une exploitation durable.

Bernard

Il faut rappeler qu’une bonne partie des dégâts est causée par des gens qui ne vivent pas dans la forêt. Ce sont des gens qui montent de Fonds-Verrettes, par exemple, pour couper des arbres, faire des cultures etc.

Edna

Il y a des chiffres. Toute la littérature que j’ai utilisée pour mon mémoire dit que la couverture forestière est de 1 %, la couverture végétale de 3 %.

Alain

Je le redis, ce sont des chiffres qui m’irritent …

Bernard

on en a déjà parlé …

Alain

c’est la forêt primaire qui est a moins de 2 %, c’est à dire la forêt que la nature a mise, qui est la depuis la nuit des temps…

Bernard

celle que Christophe Colomb a trouvée en arrivant …

Alain

mais il y a des espaces boisés, regarde les Nippes, par exemple …

Bernard

sur la route qui va du Borgne à l’Anse-à-Foleur, il y a de la forêt, et je pense même que c’est une forêt primaire.

Alain

Dans son papier, Edna parle de la République Dominicaine où la « Naturaleza » fait de l’agroforesterie ; c’est quoi cette Naturaleza ? pour Haïti, tu donnes des exemples : Oxfam, Projet Transfrontalier, FAO, mais cela vient de l’extérieur ; j’ai l’impression qu’en République Dominicaine ils sont plus avancés que nous.

Edna

Ils sont très intéressés. J’ai eu l’occasion de participer à un forum en République Dominicaine, en juin 2006 ; nous avons visité un projet, de Naturaleza, je pense, où ils produisent des plantules pour un espace déjà boisé ! j’ai l’habitude de voir des pépinières, mais rien de tel !

Bernard

Je crois que tu parles de Plan Sierra.

Alain

J’ai été à Ti Lory …

Bernard

tu sais qui m’a parlé de Ti Lory ? Georges Michel

Alain

Il a un projet, de la PADF (Pan American Development Foundation), des deux cotés de la frontière ; et du coté dominicain les gens te disent : « tu vois cet espace boisé, eh bien il y a 20 ans c’était comme en face », c’est à dire Haiti.

Autrement dit, quand je proteste contre certaines façons de parler, ce n’est pas que je suis contre la reconstitution de la couverture forestière …

Bernard

il faut refaire la couverture forestière, certes, mais, pense un peu, la fête de l’arbre a été instaurée sous Vincent, je crois, elle est donc aussi vieille que moi, mais cela n’a rien changé. On n’a pas encore trouvé la formule qui rende le reboisement possible.

Ce matin, je racontais mon histoire du Morne l’Hopital. Peu après mon retour en Haiti, j’ai été invité à accompagner des techniciens du MARNDR sur le Morne l’Hopital. Il y avait eu de fortes pluies les jours précédents et tous les abords du cimetière étaient encombrés d’alluvions. Et j’entends ces techniciens  expliquer aux paysans qu’ils doivent reboiser le morne pour empêcher que Port-au-Prince ne reçoive tous ces débris !

Qu’est-ce que le paysan en a à cirer des problèmes des port-au-princiens ? s’il doit faire du reboisement il faut qu’il y trouve son intérêt. Une formule, c’est l’association forêt-culture-élevage ; une autre serait, c’est mon  dada, les forêts énergétiques.

Quand Gérald Mathurin était ministre je lui avais proposé une formule. On attribuait une portion de terre à une association paysanne, qui pourrait y produire du charbon et en tirer les bénéfices, à condition qu’ils cultivent cette parcelle selon des directives qui leur seraient données par des techniciens du ministère. Cela avait semble l’intéresser, mais il n’est pas resté ministre très longtemps.

Edna

Permets moi de dire un mot. Dans le projet que j’ai visité en République Dominicaine, ce sont les paysans qui gèrent la pépinière ; ils suivent chaque plantule ; comment faire cela en Haiti.

Bernard

La formule, c’est le paysan responsabilisé et intéressé.

Edna

Pour les forêts énergétiques, on peut parler du Ruanda …

Bernard

oui, je voudrais y aller, c’est Seminario, de la FAO, qui m’en a parlé.

Edna

Ils font des forêts énergétiques, avec des espèces à croissance rapide, qui ne sont pas en compétition avec les cultures ; l’une d’elles est l’eucalyptus, sur lequel nous avons toutes sortes de mythes en Haiti ; 244.000 hectares plantés à 65 % en eucalyptus.

Bernard

Tu parles de mythes, mais j’ai appris, il y a très longtemps, qu’il y avait, en Italie, les Marais Pontins qui ont été asséchés sous Mussolini par la plantation d’eucalyptus.

Edna

En tout cas, nous avons une quarantaine d’espèces à croissance rapide que nous pourrions utiliser pour des forêts énergétiques.

Alain

Je reviens d’Anse Rouge, où il y a un projet de forêt ; mais les hommes et les arbres sont en compétition pour l’eau, et puis il y a le problème des caprins, qui mangent tout, même les neems, mais pas les cassia.

Edna

En République Dominicaine, dans les parties sèches, on fait de l’élevage caprin sous les bayahondes.

Bernard

Ce sont des cabrits de Thomazeau.

Edna

L’aspect socio-économique nous renvoie à la productivité des parcelles.  Toutes les études montrent un accroissement.

Bernard

Edna je dois te remercier et je pense que nous devrons t’inviter à nouveau, pas pour une vue d’ensemble comme aujourd’hui …

Edna

il faudra traiter de thèmes précis …

Alain

à partir de ton mémoire.

Par ailleurs, à la FONHDILAC, nous avions parlé de reprendre nos discussions thématiques, ceci pourrait être un thème ; moi-même, j’ai quelques sujets dont je pourrais parler.